Abstract

Cet article porte sur deux questions : sur la transposition de l’opposition conceptuelle plastique / figuratif de la dimension visuelle à celle du goût, et sur la passion qu’on appelle la nostalgie, considérée dans ses rapports avec les processus de figurativisation de l’expérience gustative et son évaluation par la critique gastronomique. Pour en traiter, nous nous appuyons notamment sur la reprise cinématographique du discours gastronomique proposée par un film d’animation intitulé Ratatouille, et en particulier sur la saisie esthétique que ce film met en scène. Ainsi, la question sémiotique de la médiation visuelle (et, en général, figurative) va nous intéresser non seulement en elle-même, comme fait de norme (plutôt que comme « écart ») mais aussi comme terrain privilégié pour aborder une problématique que la sémiotique n’a pas encore suffisamment approfondie : celle qui concerne le rôle du goût dans la « coalescence des sensations ».
Lingua originaleFrench
pagine (da-a)1-12
Numero di pagine12
RivistaACTES SÉMIOTIQUES
Volume1
Stato di pubblicazionePublished - 2019

Cita questo