L'utilisasion de la pierre ponce volcanique dans la construction de voûtes en Sicile au début de l’âge moderne

Risultato della ricerca: Chapter

Abstract

La stéréotomie de la pierre appliquée à la construction de voûtes en Sicile a une très longue tradition documentée à partir de la domination normande de l’île (XIe-XIIe siècles). Cette pratique constructive continue pendant les siècles suivants avec des hausses de qualité de coupe stéréotomique dans les architectures de la période de Frederick II (première moitié du XIII siècle), suivie par un déclin au cours du XIVe siècle et enfin un retour à une fertile expérimentation à partir du XVe siècle, grâce à l’élan que l’arrivée de modèles et maîtres de la péninsule Ibérique (notamment de Barcelona, Valencia et Palma de Majorca) a imprimé aux chantiers locaux. Cette longue tradition continue encore au cours du XVIe siècle, en proposant d’un côté les solutions les plus avancées liées à l’influence espagnole, et d’un autre coté, en récupérant des solutions typiques d’une tradition normande mythifiée. De récentes recherches d’archives ont révélé que dans la première moitié du XVIe siècle, cette longue tradition est greffée sur une importante nouveauté concernant le choix des matériaux employés pour la construction des voûtes, avec des implications dans les caractéristiques physiques et structurelles des constructions mêmes. Il s’agit de la pierre ponce lavique extraite de l’île de Lipari, importée en grande quantité dans les deux principales villes siciliennes de Palerme et Messine, pour satisfaire les exigences d’importants chantiers publics et religieux, et également transporté à partir de ces villes, dans de petits centres à la demande de riches clients. L’avantage au niveau statique semble tout à fait clair si l’on considère la remarquable réduction de poids des structures à voûtes du à l’utilisation de la pierre ponce. Au-delà d’évaluations anti sismiques ante litteram cet avantage probablement a été considéré très avantageux dans tous les cas de nouveaux systèmes à voûtes placés sur des constructions plus anciennes. Cette contribution, à partir des cas dèjà retrouvés – qui seront analysés par les documents et une étude directe des structures toujours existantes – se propose de présenter les temps, les modalités et moyens de diffusion de l’emploi de la pierre ponce dans la contruction des voûtes en Sicile, afin d’expliquer les raisons et origines de ces phénomènes.
Lingua originaleFrench
Titolo della pubblicazione ospiteLes temps de la construction. Processus, acteurs, matériaux
Pagine103-112
Numero di pagine10
Stato di pubblicazionePublished - 2016

Cita questo

Garofalo, E. (2016). L'utilisasion de la pierre ponce volcanique dans la construction de voûtes en Sicile au début de l’âge moderne. In Les temps de la construction. Processus, acteurs, matériaux (pagg. 103-112)

L'utilisasion de la pierre ponce volcanique dans la construction de voûtes en Sicile au début de l’âge moderne. / Garofalo, Emanuela.

Les temps de la construction. Processus, acteurs, matériaux. 2016. pag. 103-112.

Risultato della ricerca: Chapter

Garofalo, E 2016, L'utilisasion de la pierre ponce volcanique dans la construction de voûtes en Sicile au début de l’âge moderne. in Les temps de la construction. Processus, acteurs, matériaux. pagg. 103-112.
Garofalo E. L'utilisasion de la pierre ponce volcanique dans la construction de voûtes en Sicile au début de l’âge moderne. In Les temps de la construction. Processus, acteurs, matériaux. 2016. pag. 103-112
@inbook{d609ec38d90e4c0f98ddf3adc958f522,
title = "L'utilisasion de la pierre ponce volcanique dans la construction de vo{\^u}tes en Sicile au d{\'e}but de l’{\^a}ge moderne",
abstract = "La st{\'e}r{\'e}otomie de la pierre appliqu{\'e}e {\`a} la construction de vo{\^u}tes en Sicile a une tr{\`e}s longue tradition document{\'e}e {\`a} partir de la domination normande de l’{\^i}le (XIe-XIIe si{\`e}cles). Cette pratique constructive continue pendant les si{\`e}cles suivants avec des hausses de qualit{\'e} de coupe st{\'e}r{\'e}otomique dans les architectures de la p{\'e}riode de Frederick II (premi{\`e}re moiti{\'e} du XIII si{\`e}cle), suivie par un d{\'e}clin au cours du XIVe si{\`e}cle et enfin un retour {\`a} une fertile exp{\'e}rimentation {\`a} partir du XVe si{\`e}cle, gr{\^a}ce {\`a} l’{\'e}lan que l’arriv{\'e}e de mod{\`e}les et ma{\^i}tres de la p{\'e}ninsule Ib{\'e}rique (notamment de Barcelona, Valencia et Palma de Majorca) a imprim{\'e} aux chantiers locaux. Cette longue tradition continue encore au cours du XVIe si{\`e}cle, en proposant d’un c{\^o}t{\'e} les solutions les plus avanc{\'e}es li{\'e}es {\`a} l’influence espagnole, et d’un autre cot{\'e}, en r{\'e}cup{\'e}rant des solutions typiques d’une tradition normande mythifi{\'e}e. De r{\'e}centes recherches d’archives ont r{\'e}v{\'e}l{\'e} que dans la premi{\`e}re moiti{\'e} du XVIe si{\`e}cle, cette longue tradition est greff{\'e}e sur une importante nouveaut{\'e} concernant le choix des mat{\'e}riaux employ{\'e}s pour la construction des vo{\^u}tes, avec des implications dans les caract{\'e}ristiques physiques et structurelles des constructions m{\^e}mes. Il s’agit de la pierre ponce lavique extraite de l’{\^i}le de Lipari, import{\'e}e en grande quantit{\'e} dans les deux principales villes siciliennes de Palerme et Messine, pour satisfaire les exigences d’importants chantiers publics et religieux, et {\'e}galement transport{\'e} {\`a} partir de ces villes, dans de petits centres {\`a} la demande de riches clients. L’avantage au niveau statique semble tout {\`a} fait clair si l’on consid{\`e}re la remarquable r{\'e}duction de poids des structures {\`a} vo{\^u}tes du {\`a} l’utilisation de la pierre ponce. Au-del{\`a} d’{\'e}valuations anti sismiques ante litteram cet avantage probablement a {\'e}t{\'e} consid{\'e}r{\'e} tr{\`e}s avantageux dans tous les cas de nouveaux syst{\`e}mes {\`a} vo{\^u}tes plac{\'e}s sur des constructions plus anciennes. Cette contribution, {\`a} partir des cas d{\`e}j{\`a} retrouv{\'e}s – qui seront analys{\'e}s par les documents et une {\'e}tude directe des structures toujours existantes – se propose de pr{\'e}senter les temps, les modalit{\'e}s et moyens de diffusion de l’emploi de la pierre ponce dans la contruction des vo{\^u}tes en Sicile, afin d’expliquer les raisons et origines de ces ph{\'e}nom{\`e}nes.",
author = "Emanuela Garofalo",
year = "2016",
language = "French",
isbn = "978-2-7084-1005-3",
pages = "103--112",
booktitle = "Les temps de la construction. Processus, acteurs, mat{\'e}riaux",

}

TY - CHAP

T1 - L'utilisasion de la pierre ponce volcanique dans la construction de voûtes en Sicile au début de l’âge moderne

AU - Garofalo, Emanuela

PY - 2016

Y1 - 2016

N2 - La stéréotomie de la pierre appliquée à la construction de voûtes en Sicile a une très longue tradition documentée à partir de la domination normande de l’île (XIe-XIIe siècles). Cette pratique constructive continue pendant les siècles suivants avec des hausses de qualité de coupe stéréotomique dans les architectures de la période de Frederick II (première moitié du XIII siècle), suivie par un déclin au cours du XIVe siècle et enfin un retour à une fertile expérimentation à partir du XVe siècle, grâce à l’élan que l’arrivée de modèles et maîtres de la péninsule Ibérique (notamment de Barcelona, Valencia et Palma de Majorca) a imprimé aux chantiers locaux. Cette longue tradition continue encore au cours du XVIe siècle, en proposant d’un côté les solutions les plus avancées liées à l’influence espagnole, et d’un autre coté, en récupérant des solutions typiques d’une tradition normande mythifiée. De récentes recherches d’archives ont révélé que dans la première moitié du XVIe siècle, cette longue tradition est greffée sur une importante nouveauté concernant le choix des matériaux employés pour la construction des voûtes, avec des implications dans les caractéristiques physiques et structurelles des constructions mêmes. Il s’agit de la pierre ponce lavique extraite de l’île de Lipari, importée en grande quantité dans les deux principales villes siciliennes de Palerme et Messine, pour satisfaire les exigences d’importants chantiers publics et religieux, et également transporté à partir de ces villes, dans de petits centres à la demande de riches clients. L’avantage au niveau statique semble tout à fait clair si l’on considère la remarquable réduction de poids des structures à voûtes du à l’utilisation de la pierre ponce. Au-delà d’évaluations anti sismiques ante litteram cet avantage probablement a été considéré très avantageux dans tous les cas de nouveaux systèmes à voûtes placés sur des constructions plus anciennes. Cette contribution, à partir des cas dèjà retrouvés – qui seront analysés par les documents et une étude directe des structures toujours existantes – se propose de présenter les temps, les modalités et moyens de diffusion de l’emploi de la pierre ponce dans la contruction des voûtes en Sicile, afin d’expliquer les raisons et origines de ces phénomènes.

AB - La stéréotomie de la pierre appliquée à la construction de voûtes en Sicile a une très longue tradition documentée à partir de la domination normande de l’île (XIe-XIIe siècles). Cette pratique constructive continue pendant les siècles suivants avec des hausses de qualité de coupe stéréotomique dans les architectures de la période de Frederick II (première moitié du XIII siècle), suivie par un déclin au cours du XIVe siècle et enfin un retour à une fertile expérimentation à partir du XVe siècle, grâce à l’élan que l’arrivée de modèles et maîtres de la péninsule Ibérique (notamment de Barcelona, Valencia et Palma de Majorca) a imprimé aux chantiers locaux. Cette longue tradition continue encore au cours du XVIe siècle, en proposant d’un côté les solutions les plus avancées liées à l’influence espagnole, et d’un autre coté, en récupérant des solutions typiques d’une tradition normande mythifiée. De récentes recherches d’archives ont révélé que dans la première moitié du XVIe siècle, cette longue tradition est greffée sur une importante nouveauté concernant le choix des matériaux employés pour la construction des voûtes, avec des implications dans les caractéristiques physiques et structurelles des constructions mêmes. Il s’agit de la pierre ponce lavique extraite de l’île de Lipari, importée en grande quantité dans les deux principales villes siciliennes de Palerme et Messine, pour satisfaire les exigences d’importants chantiers publics et religieux, et également transporté à partir de ces villes, dans de petits centres à la demande de riches clients. L’avantage au niveau statique semble tout à fait clair si l’on considère la remarquable réduction de poids des structures à voûtes du à l’utilisation de la pierre ponce. Au-delà d’évaluations anti sismiques ante litteram cet avantage probablement a été considéré très avantageux dans tous les cas de nouveaux systèmes à voûtes placés sur des constructions plus anciennes. Cette contribution, à partir des cas dèjà retrouvés – qui seront analysés par les documents et une étude directe des structures toujours existantes – se propose de présenter les temps, les modalités et moyens de diffusion de l’emploi de la pierre ponce dans la contruction des voûtes en Sicile, afin d’expliquer les raisons et origines de ces phénomènes.

UR - http://hdl.handle.net/10447/193557

M3 - Chapter

SN - 978-2-7084-1005-3

SP - 103

EP - 112

BT - Les temps de la construction. Processus, acteurs, matériaux

ER -