L’archivio come dispositivo. Dalle pratiche discorsive alle comunità del tradurre

Risultato della ricerca: Article

Abstract

Comment redéfinir les outils conceptuels et méthodologiques nous permettant d’analyser le processus dynamique qui investit la production interlinguistique des traducteurs ? Du caractère énonciatif et concret des formes symboliques à l’organisation intersubjective et sociodiscursive des pratiques traduisantes, les archives peuvent fonctionner comme un réseau matériel d’éléments discursifs capable de déclencher une solidarité épistémologique inédite entre théorie de la traduction et filologia d’autore. Si, d’un côté, le problème soulevé par cette contribution concerne le régime disciplinaire de la traductologie, jusqu’à englober la relation non seulement méthodologique, mais aussi institutionnelle, entre critique des traductions et historiographie littéraire, de l’autre il faudra considérer les mécanismes sociaux et cognitifs par lesquels la mémoire culturelle redessine les périmètres, provisoires et changeants, de la textualité. Des archives des traducteurs aux communautés du traduire – en vue d’une critique génétique et d’une philologie de la traduction – l’auteur construit sa réflexion en s'appuyant sur des cas e des exemples concrets, qui sont souvent le fruit des ses expériences traductives et de sa pratique traductologique.
Lingua originaleItalian
pagine (da-a)19-32
Numero di pagine14
RivistaTRANSALPINA
Stato di pubblicazionePublished - 2015

Cita questo