"Dal Nulla al Nulla". La poétique du Vide de Salvatore Sciarrino

Risultato della ricerca: Chapter

Abstract

Avec ses expérimentations synthético-alchimiques sur les spectres, Sciarrino livre à l’écoute des ensembles sonores très mobiles et d’une grande fascination timbrique. À la recherche d’une «construction renouvelée de la musique, plus conforme à la pensée contemporaine», il renoue dans le même temps avec un patrimoine sapiential archaïque et initiatique. Si la physique classique était basée sur la notion de corps solides qui se déplacent dans l’espace vide, n’a plus aucun sens de parler d’espace vide en astrophysique et en cosmologie, le concept de corps solide ayant été balayé de la science de l’infiniment petit. Avec leur nature simultanément corpusculaire et ondulatoire, les particules subatomiques présentent un type étrange de réalité physique entre existence et non-existence : elles ne sont que des condensations locales du «champ quantique» (ce que la pensée orientale appelle «le Grand Vide»), duquel elles émergent et dans lequel elles s’évanouissent à nouveau. Une fois dissipée la pureté «atomique» des notes musicales, les alchimies de Sciarrino préfigurent un équivalent musical de la mutabilité de la matière au niveau de la microparticule: ombres et illusions de sons affleurent et se perdent dans le rien acoustique et viennent ainsi se ranger entre l’être de la matière et son non-être. Les signes dynamiques crescendo dal nulla et diminuendo al nulla deviennent alors le symbole de toute sa conception phénoménologique. Du rapport osmotique avec le Silence, le son sort métamorphosé, pour une «écologie de l’écoute» qui aiguisera la sensibilité auditive et libérera l’esprit des stimulus stéréotypés.
Lingua originaleFrench
Titolo della pubblicazione ospiteSilences de l'oracle. Autour de l'oeuvre de Salvatore Sciarrino
Pagine73-80
Numero di pagine8
Stato di pubblicazionePublished - 2013

Cita questo

Misuraca, P. (2013). "Dal Nulla al Nulla". La poétique du Vide de Salvatore Sciarrino. In Silences de l'oracle. Autour de l'oeuvre de Salvatore Sciarrino (pagg. 73-80)

"Dal Nulla al Nulla". La poétique du Vide de Salvatore Sciarrino. / Misuraca, Pietro.

Silences de l'oracle. Autour de l'oeuvre de Salvatore Sciarrino. 2013. pag. 73-80.

Risultato della ricerca: Chapter

Misuraca, P 2013, "Dal Nulla al Nulla". La poétique du Vide de Salvatore Sciarrino. in Silences de l'oracle. Autour de l'oeuvre de Salvatore Sciarrino. pagg. 73-80.
Misuraca P. "Dal Nulla al Nulla". La poétique du Vide de Salvatore Sciarrino. In Silences de l'oracle. Autour de l'oeuvre de Salvatore Sciarrino. 2013. pag. 73-80
Misuraca, Pietro. / "Dal Nulla al Nulla". La poétique du Vide de Salvatore Sciarrino. Silences de l'oracle. Autour de l'oeuvre de Salvatore Sciarrino. 2013. pagg. 73-80
@inbook{763bbe36c09e4e99ac1e7bb70e3f0421,
title = "{"}Dal Nulla al Nulla{"}. La po{\'e}tique du Vide de Salvatore Sciarrino",
abstract = "Avec ses exp{\'e}rimentations synth{\'e}tico-alchimiques sur les spectres, Sciarrino livre {\`a} l’{\'e}coute des ensembles sonores tr{\`e}s mobiles et d’une grande fascination timbrique. {\`A} la recherche d’une «construction renouvel{\'e}e de la musique, plus conforme {\`a} la pens{\'e}e contemporaine», il renoue dans le m{\^e}me temps avec un patrimoine sapiential archa{\"i}que et initiatique. Si la physique classique {\'e}tait bas{\'e}e sur la notion de corps solides qui se d{\'e}placent dans l’espace vide, n’a plus aucun sens de parler d’espace vide en astrophysique et en cosmologie, le concept de corps solide ayant {\'e}t{\'e} balay{\'e} de la science de l’infiniment petit. Avec leur nature simultan{\'e}ment corpusculaire et ondulatoire, les particules subatomiques pr{\'e}sentent un type {\'e}trange de r{\'e}alit{\'e} physique entre existence et non-existence : elles ne sont que des condensations locales du «champ quantique» (ce que la pens{\'e}e orientale appelle «le Grand Vide»), duquel elles {\'e}mergent et dans lequel elles s’{\'e}vanouissent {\`a} nouveau. Une fois dissip{\'e}e la puret{\'e} «atomique» des notes musicales, les alchimies de Sciarrino pr{\'e}figurent un {\'e}quivalent musical de la mutabilit{\'e} de la mati{\`e}re au niveau de la microparticule: ombres et illusions de sons affleurent et se perdent dans le rien acoustique et viennent ainsi se ranger entre l’{\^e}tre de la mati{\`e}re et son non-{\^e}tre. Les signes dynamiques crescendo dal nulla et diminuendo al nulla deviennent alors le symbole de toute sa conception ph{\'e}nom{\'e}nologique. Du rapport osmotique avec le Silence, le son sort m{\'e}tamorphos{\'e}, pour une «{\'e}cologie de l’{\'e}coute» qui aiguisera la sensibilit{\'e} auditive et lib{\'e}rera l’esprit des stimulus st{\'e}r{\'e}otyp{\'e}s.",
author = "Pietro Misuraca",
year = "2013",
language = "French",
isbn = "978-2-916738-01-7",
pages = "73--80",
booktitle = "Silences de l'oracle. Autour de l'oeuvre de Salvatore Sciarrino",

}

TY - CHAP

T1 - "Dal Nulla al Nulla". La poétique du Vide de Salvatore Sciarrino

AU - Misuraca, Pietro

PY - 2013

Y1 - 2013

N2 - Avec ses expérimentations synthético-alchimiques sur les spectres, Sciarrino livre à l’écoute des ensembles sonores très mobiles et d’une grande fascination timbrique. À la recherche d’une «construction renouvelée de la musique, plus conforme à la pensée contemporaine», il renoue dans le même temps avec un patrimoine sapiential archaïque et initiatique. Si la physique classique était basée sur la notion de corps solides qui se déplacent dans l’espace vide, n’a plus aucun sens de parler d’espace vide en astrophysique et en cosmologie, le concept de corps solide ayant été balayé de la science de l’infiniment petit. Avec leur nature simultanément corpusculaire et ondulatoire, les particules subatomiques présentent un type étrange de réalité physique entre existence et non-existence : elles ne sont que des condensations locales du «champ quantique» (ce que la pensée orientale appelle «le Grand Vide»), duquel elles émergent et dans lequel elles s’évanouissent à nouveau. Une fois dissipée la pureté «atomique» des notes musicales, les alchimies de Sciarrino préfigurent un équivalent musical de la mutabilité de la matière au niveau de la microparticule: ombres et illusions de sons affleurent et se perdent dans le rien acoustique et viennent ainsi se ranger entre l’être de la matière et son non-être. Les signes dynamiques crescendo dal nulla et diminuendo al nulla deviennent alors le symbole de toute sa conception phénoménologique. Du rapport osmotique avec le Silence, le son sort métamorphosé, pour une «écologie de l’écoute» qui aiguisera la sensibilité auditive et libérera l’esprit des stimulus stéréotypés.

AB - Avec ses expérimentations synthético-alchimiques sur les spectres, Sciarrino livre à l’écoute des ensembles sonores très mobiles et d’une grande fascination timbrique. À la recherche d’une «construction renouvelée de la musique, plus conforme à la pensée contemporaine», il renoue dans le même temps avec un patrimoine sapiential archaïque et initiatique. Si la physique classique était basée sur la notion de corps solides qui se déplacent dans l’espace vide, n’a plus aucun sens de parler d’espace vide en astrophysique et en cosmologie, le concept de corps solide ayant été balayé de la science de l’infiniment petit. Avec leur nature simultanément corpusculaire et ondulatoire, les particules subatomiques présentent un type étrange de réalité physique entre existence et non-existence : elles ne sont que des condensations locales du «champ quantique» (ce que la pensée orientale appelle «le Grand Vide»), duquel elles émergent et dans lequel elles s’évanouissent à nouveau. Une fois dissipée la pureté «atomique» des notes musicales, les alchimies de Sciarrino préfigurent un équivalent musical de la mutabilité de la matière au niveau de la microparticule: ombres et illusions de sons affleurent et se perdent dans le rien acoustique et viennent ainsi se ranger entre l’être de la matière et son non-être. Les signes dynamiques crescendo dal nulla et diminuendo al nulla deviennent alors le symbole de toute sa conception phénoménologique. Du rapport osmotique avec le Silence, le son sort métamorphosé, pour une «écologie de l’écoute» qui aiguisera la sensibilité auditive et libérera l’esprit des stimulus stéréotypés.

UR - http://hdl.handle.net/10447/95663

M3 - Chapter

SN - 978-2-916738-01-7

SP - 73

EP - 80

BT - Silences de l'oracle. Autour de l'oeuvre de Salvatore Sciarrino

ER -