Butor, Mondrian et la fragmentation de l’espace: parcours génétique d’un roman-laboratoire

Risultato della ricerca: Article

Abstract

Passage de Milan est sans aucune doute le chantier où Butor commence à travailler sur la forme du roman qui trouve son contrepoint théorique dans les essais publiés juste après sa parution. Parmi les épisodes qui se trouvent en relation métonymique avec le roman, c’est par la description du tableau de Martin De Vere, claire allusion au néoplasticisme de Mondrian, que Butor nous donne une représentation à échelle réduite de l’édifice et de ses habitants. Ce tableau inachevé où tous les éléments sont provisoires n’est que l’image du roman en gestation qui s’écrit au fur et à mesure que la narration avance. Les phases d’élaboration de cet épisode permettent d’éclaircir la technique de fragmentation et de “géométrisation” en tant qu’opérations dominantes par lesquelles Butor réorganise l’architecture du roman qui se présente à peu près linéaire dans sa première phase de rédaction. Ainsi par l’analyse comparative du manuscrit conservé à la Bnf dans le « Fond Grenier » et de deux versions dactylographiées conservées à la Bibliothèque de Nice nous démontrerons le rôle essentiel que cette séquence a joué dans l’économie du roman : la longue description des projets du tableau du peintre qui dans le manuscrit se déploie sur plusieurs pages suivant une succession linéaire a été déstructuré et ses parties disséminées dans le troisième et dans le quatrième chapitre de la version définitive. Cette séquence devient le lieu d’expérimentation d’une technique, la fragmentation, qui permettra la formalisation d’un roman nouveau.
Lingua originaleFrench
pagine (da-a)31-42
Numero di pagine12
RivistaDIA-KEIMENA
Volume18
Stato di pubblicazionePublished - 2018

Cita questo

@article{c461204a7e0b4528b08d8dbc56b81959,
title = "Butor, Mondrian et la fragmentation de l’espace: parcours g{\'e}n{\'e}tique d’un roman-laboratoire",
abstract = "Passage de Milan est sans aucune doute le chantier o{\`u} Butor commence {\`a} travailler sur la forme du roman qui trouve son contrepoint th{\'e}orique dans les essais publi{\'e}s juste apr{\`e}s sa parution. Parmi les {\'e}pisodes qui se trouvent en relation m{\'e}tonymique avec le roman, c’est par la description du tableau de Martin De Vere, claire allusion au n{\'e}oplasticisme de Mondrian, que Butor nous donne une repr{\'e}sentation {\`a} {\'e}chelle r{\'e}duite de l’{\'e}difice et de ses habitants. Ce tableau inachev{\'e} o{\`u} tous les {\'e}l{\'e}ments sont provisoires n’est que l’image du roman en gestation qui s’{\'e}crit au fur et {\`a} mesure que la narration avance. Les phases d’{\'e}laboration de cet {\'e}pisode permettent d’{\'e}claircir la technique de fragmentation et de “g{\'e}om{\'e}trisation” en tant qu’op{\'e}rations dominantes par lesquelles Butor r{\'e}organise l’architecture du roman qui se pr{\'e}sente {\`a} peu pr{\`e}s lin{\'e}aire dans sa premi{\`e}re phase de r{\'e}daction. Ainsi par l’analyse comparative du manuscrit conserv{\'e} {\`a} la Bnf dans le « Fond Grenier » et de deux versions dactylographi{\'e}es conserv{\'e}es {\`a} la Biblioth{\`e}que de Nice nous d{\'e}montrerons le r{\^o}le essentiel que cette s{\'e}quence a jou{\'e} dans l’{\'e}conomie du roman : la longue description des projets du tableau du peintre qui dans le manuscrit se d{\'e}ploie sur plusieurs pages suivant une succession lin{\'e}aire a {\'e}t{\'e} d{\'e}structur{\'e} et ses parties diss{\'e}min{\'e}es dans le troisi{\`e}me et dans le quatri{\`e}me chapitre de la version d{\'e}finitive. Cette s{\'e}quence devient le lieu d’exp{\'e}rimentation d’une technique, la fragmentation, qui permettra la formalisation d’un roman nouveau.",
author = "Daniela Tononi",
year = "2018",
language = "French",
volume = "18",
pages = "31--42",
journal = "DIA-KEIMENA",
issn = "2241-1186",

}

TY - JOUR

T1 - Butor, Mondrian et la fragmentation de l’espace: parcours génétique d’un roman-laboratoire

AU - Tononi, Daniela

PY - 2018

Y1 - 2018

N2 - Passage de Milan est sans aucune doute le chantier où Butor commence à travailler sur la forme du roman qui trouve son contrepoint théorique dans les essais publiés juste après sa parution. Parmi les épisodes qui se trouvent en relation métonymique avec le roman, c’est par la description du tableau de Martin De Vere, claire allusion au néoplasticisme de Mondrian, que Butor nous donne une représentation à échelle réduite de l’édifice et de ses habitants. Ce tableau inachevé où tous les éléments sont provisoires n’est que l’image du roman en gestation qui s’écrit au fur et à mesure que la narration avance. Les phases d’élaboration de cet épisode permettent d’éclaircir la technique de fragmentation et de “géométrisation” en tant qu’opérations dominantes par lesquelles Butor réorganise l’architecture du roman qui se présente à peu près linéaire dans sa première phase de rédaction. Ainsi par l’analyse comparative du manuscrit conservé à la Bnf dans le « Fond Grenier » et de deux versions dactylographiées conservées à la Bibliothèque de Nice nous démontrerons le rôle essentiel que cette séquence a joué dans l’économie du roman : la longue description des projets du tableau du peintre qui dans le manuscrit se déploie sur plusieurs pages suivant une succession linéaire a été déstructuré et ses parties disséminées dans le troisième et dans le quatrième chapitre de la version définitive. Cette séquence devient le lieu d’expérimentation d’une technique, la fragmentation, qui permettra la formalisation d’un roman nouveau.

AB - Passage de Milan est sans aucune doute le chantier où Butor commence à travailler sur la forme du roman qui trouve son contrepoint théorique dans les essais publiés juste après sa parution. Parmi les épisodes qui se trouvent en relation métonymique avec le roman, c’est par la description du tableau de Martin De Vere, claire allusion au néoplasticisme de Mondrian, que Butor nous donne une représentation à échelle réduite de l’édifice et de ses habitants. Ce tableau inachevé où tous les éléments sont provisoires n’est que l’image du roman en gestation qui s’écrit au fur et à mesure que la narration avance. Les phases d’élaboration de cet épisode permettent d’éclaircir la technique de fragmentation et de “géométrisation” en tant qu’opérations dominantes par lesquelles Butor réorganise l’architecture du roman qui se présente à peu près linéaire dans sa première phase de rédaction. Ainsi par l’analyse comparative du manuscrit conservé à la Bnf dans le « Fond Grenier » et de deux versions dactylographiées conservées à la Bibliothèque de Nice nous démontrerons le rôle essentiel que cette séquence a joué dans l’économie du roman : la longue description des projets du tableau du peintre qui dans le manuscrit se déploie sur plusieurs pages suivant une succession linéaire a été déstructuré et ses parties disséminées dans le troisième et dans le quatrième chapitre de la version définitive. Cette séquence devient le lieu d’expérimentation d’une technique, la fragmentation, qui permettra la formalisation d’un roman nouveau.

UR - http://hdl.handle.net/10447/359483

UR - http://dia-keimena.frl.auth.gr/images/stories/intertextes-18.pdf

M3 - Article

VL - 18

SP - 31

EP - 42

JO - DIA-KEIMENA

JF - DIA-KEIMENA

SN - 2241-1186

ER -