La proposition comme gnomon discret du langage. Le point de vue d’Aristote et de Wittgenstein

Research output: Chapter in Book/Report/Conference proceedingChapter

Abstract

On appelle gnomon une partie d''une totalité qui, dès qu''on 1''ajoute ou la soustrait à celle-là, reproduit une figure semblable à la totalité dont elle est une partie : le tout et les parties dont elle est composée se trouvent donc dans une relation qu''on dit de self-similarity. On présente la définition qu’en fournit Euclide dans les “Elements”. La relation entre la proposition (la totalité) et les mots qui la composent est une relation gnomonique: les mots sont des propositions condensées et, pour cela, semblables aux propositions dont its font partie. La thèse trouve ses argumentations dans la reflexion d''Aristote et de Wittgenstein. La définition aristotélicienne de la métaphore est présentée en tant qu''exemple de relation gnononique.
Original languageFrench
Title of host publicationLa structure de la proposition: histoire d'un métalangage
Pages34-50
Publication statusPublished - 2008

Cite this